Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024 Formation : Développer sa technique sur son instrument principal- Candidatures avant le 15 avril 2024
Actualités
Retour
Formation

TIPS ! 5 conseils pour trouver sa voix, avec François Valade

Le 23 octobre 2023 — par Trempo

Coach vocal, François Valade a attrapé le virus de l'accompagnement après avoir officié sur la comédie musicale Les Dix Commandements. Il accompagne, depuis, chanteurs et chanteuses - en studio et sur scène - et explore de nombreux styles musicaux en tant que topliner. En amont des formations qu'il donnera prochainement à Trempo, il livre quelques conseils astucieux pour « découvrir sa personnalité vocale ».

Son approche : permettre à chacun·e de trouver de la légitimité et de l’assurance dans son identité. « Chaque personne est différente dans le chant et la plupart sont autodidactes. On ne peut pas plaquer une méthode hyper stricte, il faut avancer avec chacun·e ». Partir donc de l’existant et se déployer.

1. Accueillir son double imaginaire

Lorsque l’on est chanteur ou chanteuse, on a dans un petit coin de la tête une représentation de soi, de ce qu’on aimerait être, renvoyer. François Valade invite tout d’abord à l’accueillir : « trouver des ponts entre le naturel et l’imaginaire, déceler ses petites manières, déconstruire cette idée pour finalement trouver son identité à soi, tirer sa propre ficelle ». L’accueillir, s’accueillir. Sortir du jugement que l’on a souvent sur sa voix: « le beau / pas beau est une notion abstraite, il faut replacer le chant dans son environnement musical » invite le coach. Pour cela, il invite à écouter des voix a capella, prenant pour exemple Stevie Wonder ou Adèle : « quand on écoute leur voix seule, on se rend compte qu’il et elle utilisent des fréquences et des outils pour la positionner en complémentarité avec le reste ».  Trouver la bonne fréquence, celle qui permet de « sortir du mix, du sandwich acoustique ».

Un indice : l’oreille est particulièrement sensible aux fréquences entre 2000 et 3000 hertz. Pour travailler cela, le coach recommande la technique vocale du twang – on vous laisse faire les curieux·ses !

2. Miser sur les consonnes

« On me demande souvent : est-ce que tout le monde peut chanter ? » raconte François Valade. Sa réponse : « le plus compliqué dans le chant, ce sont les voyelles ! ». À chaque voyelle, une nouvelle résonance, comme un nouvel instrument. « L’oreille n’est pas tout à fait séduite au départ par ces changements de résonance ». Son conseil pour les débutant·es : commencer par ne chanter que les consonnes, comme on fredonne une comptine à base de m, de n, de ng. « Cela permet de se faire plaisir et d’avancer relativement rapidement dans le travail de la mélodie » explique-t-il. Allez, on essaye : Mm mm mmm m mm mmm mmmm mmmmmmm. Vous avez reconnu ?! C’est le refrain de cette chanson, chanté en consonne (le m, donc).

3. Investir sa salle de bain

À cette étape, petit conseil géo-pratique : investir votre salle de bain ! « Les meilleur·es sont souvent des chanteur·ses de douche ! » confie le coach. Et pour cause : un travail quotidien combiné à une belle reverb permet d’entendre sa voix de manière optimale. « Par effet de proximité, la voix est amplifiée naturellement, comme si l’on chantait dans un microphone, on peut alors chanter doucement et ça sonne » explique-t-il. C’est d’ailleurs le bon endroit pour tester des tonalités, trouver sa zone de confort. « Parfois un demi-ton fait la différence, et avant de savoir bien chanter, il faut déjà trouver où tu sonnes » aiguille François Valade. Il cite en exemple Timber Timbre ou Yelle qui, avec une amplitude parfois réduite, utilisent précisément les notes qui sonnent bien.

« Trouver sa zone de confort puis la développer, l’étoffer. La visualiser sur un piano, et écrire des mélodies à cet endroit-là ».

4. Travailler le rythme

À ce stade, il manque un ingrédient : le rythme. Le coach vocal conseille de s’intéresser aux mots, à la construction des phrases : « comprendre la musique d’une chanson, comment les mots sont liés les uns aux autres » appuie-t-il. Pour cela, il invite à analyser le texte avec minutie. Il a même théorisé une technique – intitulée Le mécanologue – pour découper les chansons par groupe de consonnes et ainsi mieux poser ses attaques, relier les mots.

Rien de tel que d’analyser le phrasé des chanteur·ses et poète·sses pour déceler comment faire sonner les mots avec passion. Puis battre le rythme et traduire les mots en phrases musicales pour « corprendre la chanson ». Une application avec ce titre de Tété.

5. Incarner la chanson

« Mon dernier conseil serait : est-ce que tu as un truc à raconter ? ». Nous y sommes : il est temps de se donner, incarner, interpréter… Quelle énergie, quelle émotion ? « Ce que tu racontes va influencer la façon dont tu vas le chanter ». Chuchotement, cri, douceur, fougue… Cela n’a pas tant à voir avec une préférence vocale qu’un alignement à trouver avec le propos musical. Il ajoute même une couche : « tu es le ou la porte-voix des musicien·nes. Si les autres te sentent bien, cela aide tout le groupe à trouver sa place ». C’est dire la fonction d’impulsion que recèle ce rôle, cette nécessité à chercher une cohérence entre texte, énergie émotionnelle et puissance.

Au final, un seul objectif, que chanteur·se et musicien·nes soient « sur la même longueur d’ondes, vibrent au même diapason ».

: Un topliner ou topline writer écrit la mélodie vocale et les paroles par-dessus une instrumentation ou un beat existant.
2 : Vous avez reconnu ?! Un petit indice : tout va dans mon sens, en rythme…

Les prochaines formations avec François Valade :


Rédaction : Julie Haméon
Photo : Margaux Martin’s

Les prochaines formations avec François Valade : 

Découvrir sa personnalité vocale, module 1 : les commandes de la voix
Du 8 au 12 janvier 2024 au Chabada à Angers

Découvrir sa personnalité vocale, module 2 : trouver son timbre vocal 
Du 4 au 8 mars 2024 au Chabada, à Angers

Chanter en anglais
Du 13 au 17 mai 2024, à Trempo

Vous avez une envie ou un projet de formation ? Consultez le catalogue de nos formations à la carte et contactez nous !

Typhaine Aussant
Responsable de la formation
typhaine@trempo.com
02 40 46 66 55